Sur le Plan Social

27 - Égaliser les chances par l’éducation

Diagnostic

 

Le système éducatif sénégalais se singularise par le fort taux de déperdition scolaire, surtout chez les jeunes filles. Ce point fait partie des critères sociaux (scolarisation des enfants et alphabétisation des adultes) qui nous ont plongés dans les bas-fonds du classement des pays les plus pauvres du monde selon l’indice de développement humain.

 

 

 

 

 

Solutions

 

  • Nous adapterons les curricula aux exigences du marché de l’emploi en introduisant la formation professionnelle et technique depuis le secondaire, en y intégrant les TIC, les industries de transformation, et les spécialisations du pétrole et des mines.

 

  • Nous introduirons la scolarisation dans nos langues nationales après une concertation nationale intégrale et inclusive et nous étendrons l’enseignement religieux au cycle secondaire ;

 

  •  Nous allons promouvoir le bilinguisme par l’introduction de l’enseignement de l’Anglais à l’élémentaire couplé à l’utilisation progressive des nouvelles technologies (TIC) dans les enseignements depuis l’école primaire ;

 

  •  Nous revaloriserons la fonction enseignante en gommant les iniquités criardes du système de rémunération dans l’administration et en repensant le système d’avancement et d’intégration des enseignants, en réformant le système d’allocation des ressources ;

 

  •  Nous améliorerons les conditions pédagogiques et techniques en équipant des écoles, collèges et lycées en laboratoires, supports pédagogiques, et matériels technologiques.

28 - Promouvoir la femme et veiller sur l’enfant

Diagnostic

 

Dans leur grande majorité, les femmes continuent de subir, de façon disproportionnée, le poids de la pauvreté et de l’analphabétisme. Elles sont encore victimes de graves violations de leurs droits humains et de leurs droits en matière de sexualité et de santé de la reproduction. Elles subissent encore, plus que les hommes, les effets de la pandémie du VIH/SIDA et nombreuses sont celles qui risquent encore aujourd’hui de mourir en donnant la vie.

 

 

 

 

Solutions

 

  • Nous procéderons à un audit technique de la Stratégie Nationale pour l’Equité et l’Egalité de Genre (SNEEG 2016-2026), afin d’en évaluer l’état d’exécution et d’en identifier les forces et faiblesses ;

 

Solutions sur le plan social

 

  • Nous augmenterons le congé de maternité à six (06) mois afin de préserver la santé de la mère et de satisfaire à l’exigence d’un allaitement exclusif au lait maternel des nouveau nés ;

 

  • Nous soutiendrons, par des mesures d’incitations fortes, la construction de crèches modernes, sécurisées en leur imposant l’obligation de coopérer avec un pédiatre afin de maintenir la productivité nécessaire des femmes allaitantes ;

 

  • Nous favoriserons la construction de gymnases modernes à côté des lieux de travail, afin de prévenir/réduire les maladies à tendance endémique comme le diabète et l’hypertension artérielle liées à la sédentarité des travailleurs ;

 

  • Nous procéderons au recensement des enfants de la rue et à leur identification à l’état civil et nous donnerons à ceux ayant la nationalité sénégalaise une éducation à travers des daaras publics modernes et un apprentissage de métier dès le jeune âge dans ces daaras ;

 

  • Nous autoriserons la recherche de paternité pour les femmes et les filles victimes de grossesses non désirées et élargirons les fonds de la justice aux femmes qui ont besoin de test d’ADN pour reconnaissance de paternité et à celles ayant besoin d’un accompagnement par des services de soutien psychologique dans le cas d’un viol ;

 

  • Nous instituerons le reversement systématique de la pension de femmes décédées à ses ayant droits lorsque le conjoint est un travailleur ;

 

  • Nous améliorerons l’accès de la femme au foncier en milieu rural et nous financerons les activités génératrices de revenus des femmes et des groupements de femmes ;

29 - Promouvoir la solidarité par le soutien aux séniors et aux personnes vulnérables

Diagnostic

 

Le Sénégal est un pays classé parmi les plus pauvres, mais cette pauvreté globale cache des inégalités entre une très petite minorité de riches, extrêmement riches, et une écrasante majorité de pauvres, souvent à l’extrême Dans la seconde, le peuple sénégalais dans sa presque totalité et à des degrés variés allant des pauvres sociaux (obligés de partager par solidarité africaine un revenu déjà très maigre avec plusieurs personnes voire familles), à l’indigence totale. Il faut réduire ces inégalités et offrir à tous les Sénégalais le minimum social indispensable à la dignité humaine.

 

Solutions

 

  • Nous promouvrons la solidarité comme une mobilisation sociale à l’égard des plus favorisés et comme un engagement personnel, civique, social ou religieux ;

 

  • Nous nous engageons à une application effective de la loi d’orientation sociale par la signature de tous les textes réglementaires d’application afin de réussir une réelle inclusion sociale des personnes vivant avec un handicap ;

 

  • Nous garantirons aux personnes handicapées la jouissance et l’égal exercice de leurs droits politiques pouvant leur assurer la participation effective à la vie publique ;

 

  • Nous rendrons accessibles les infrastructures et édifices recevant du public par la mise en œuvre de politiques publiques en matière de construction, en prévoyant des rampes, barres de soutien, balises, signalisation pour les personnes handicapées ;

 

  • Nous instaurerons des programmes d’accompagnement de la population carcérale pendant et après la détention pour permettre une réinsertion sociale des anciens détenus ;

 

  • Nous financerons des programmes de formation dans la transformation des produits tirés de l’agriculture, de l’élevage pour l’autonomisation financière des personnes indigentes avec à la clef des financements innovants pour les bénéficiaires ;

 

  • Nous construirons des centres de soins gériatriques dans les hôpitaux de niveau 2 ou 3 pour mieux prendre en charge les fragilités chez la personne âgée et promouvoir son “bien vieillir”.

30 - Assurer des soins de qualité et une meilleure protection sociale aux populations

Diagnostic

 

Des inégalités territoriales et sociales d’accès aux soins et des plateaux techniques faibles et dénués de toute politique de maintenance, de réhabilitation et d’approvisionnements cohérents maintiennent notre système de santé dans un état douloureux à décrire. La viabilité des politiques d’action sociale, quant à elle, est compromise par les énormes arriérés que l’État doit aux hôpitaux et structures sociales dans le cadre des programmes de prise en charge des personnes du troisième âge, des accouchements par césarienne, des insuffisants rénaux sous dialyse, de la Couverture Maladie Universelle (CMU)…

 

 

 

 

Solutions

 

  • Nous formerons et recruterons des éducateurs sanitaires et nous élaborerons un programme de promotion, de sensibilisation et de prévention des maladies endémiques ;

 

  • Nous réformerons les programmes d’accès à la santé (CMU), le plan Sésame, …) et instituerons un système d’assurance maladie universellecouplé à un système de mutuelle de santé pour les plus indigents ;

 

  • Nous procéderons à la révision et à l’amélioration des curricula et nous développerons une politique de formation continue du personnel administratif, médical, paramédical, technique ;

 

  • Nous renforcerons les politiques de lutte contre la mortalité maternellenéonatale et infantile en intégrant dans les hôpitaux de niveau 2 ou 3 une maternité dotée d’un service de néonatalogie, de réanimation et de soins intensifs néonataux ;

 

  • Nous explorerons le créneau des brevets tombés dans le domaine public et soutiendrons les initiatives orientées vers la fabrication des génériques afin d’assurer l’accès à des médicaments à prix abordables ;

 

  • Nous lancerons un programme spécial de résorption du déficit en équipements et matériels nécessaires à une bonne prise en charge des malades (équipements de base, IRM, Scanner, appareil de radiothérapie, d’hémodialyse, et de mammographie, table de réanimation, défibrillateur, etc.) ;

 

  • Nous financerons un plan d’informatisation de la gestion administrative, financière et du personnel des structures de santé avec une collecte systématique des informations médicales dans tous les parcours des patients ;
  • Nous instituerons la carte de santé biométrique multifonction (Santé, Assurance, Paiements) adossée à un dossier médical informatisé, confidentiel et sécurisé et nous dématérialiserons les dossiers et processus de santé (ordonnance, analyse, etc.) ;

 

  • Nous donnerons sa juste place à la médecine traditionnelle et nous régulerons son exercice ;

 

  • Nous étendrons les bénéfices du système de protection sociale aux catégories socio professionnelles laissées en rade comme les travailleurs des secteurs agricoles, de la pêche et de l’élevage, ainsi qu’aux travailleurs non-salariés et du secteur informel pour atteindre les objectifs de la stratégie nationale de protection sociale ;

 

  • Nous réformerons le mode d’administration du système de sécurité sociale en rapprochant l’Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES) et la Caisse de Sécurité Sociale et en améliorant les méthodes, règles et moyens de recouvrement des cotisations ;

 

  • Nous opérerons un transfert d’impôts et taxes du budget de l’Etat vers le financement de la protection sociale.

31 - Démocratiser l’accès au foncier et à un logement décent

Diagnostic

 

 

Relativement à l’accès au foncier viabilisé et à un logement décent, plusieurs obstacles s’opposent encore, en milieu rural comme urbain, à l’accès équitable à la propriété foncière et au logement, notamment pour les femmes. Les lotissements dits « administratifs » en zones urbaines sont devenus le prétexte d’enrichissement sans cause et un instrument privilégié de corruption.

 

 

 

Solutions

 

  • Nous favoriserons l’équité dans l’accès au foncier en milieu urbain et l’égalité de genre dans l’accès au foncier. Nous adopterons une législation stricte qui interdira toute possibilité de faire bénéficier à un citoyen de plus d’une attribution administrative gratuite dans une même région ;

 

  • Nous interdirons formellement de céder les parcelles de terrains attribuées gratuitement avant une mise en valeur minimum et dans les délais prescrits par la loi en la matière ;

 

  • Nous remplacerons les cautions par un système d’assurance obligatoire destiné à couvrir le locataire et/ou le propriétaire contre les risques résultant de l’occupation de locaux.

32 - Socialiser par le sport et hisser notre niveau de compétitivité

Diagnostic

Quant au sport, nous en sommes restés, au Sénégal, à une conception rétrograde, voire rudimentaire, du sous-secteur, conçu comme une activité juvénile et simplement récréative, ignorant les immenses implications comme levier de développement économique, social et de promotion de la santé publique.

 

 

 

 

 

Solutions

  • Nous ferons voter un code pour la réglementation du secteur et une meilleure prise en charge des exigences modernes du sport ;

 

  • Nous créerons un fonds de relance du sport pour un renforcement des appuis budgétaires de l’État au profit des clubs et pour leur encadrement vers une réelle et nécessaire professionnalisation et nous promouvrons un cadre favorable au financement privé du sport ;

 

  • Nous créerons des établissements régionaux de formation spécialisés (ERFS) et nous valoriserons, en offres de formation, recherche et équipements, les établissements en charge du sport au niveau de l’enseignement supérieur afin de promouvoir les métiers liés au sports;

 

  • Nous finaliserons les stades régionaux et nous mettrons aux normes les stades nationaux et dans le cadre des compétences décentralisées, nous généraliserons la construction d’aires de jeu (installations de proximité) dans les communes ;

 

  • Nous accentuerons le développement du sport scolaire et universitaire et ferons la promotion des Sports-Etudes, avec un appui en bourses aux talents précoces et aux sportifs de haut niveau.